image

Quatrième de couverture :

À Shanghaï, le policier qui enquêtait sur Xing Xing, un puissant cadre du Parti suspecté de corruption, est retrouvé assassiné. Difficile de s'opposer aux nouveaux « mandarins » de la Chine post-communiste...
Le camarade inspecteur Chen, poète et idéaliste, se plonge dans les méandres d'un système de passe-droits tentaculaire, remontant les filières des magnats rouges jusqu'au pays de l'Oncle Sam...

Mon avis :

L'inspecteur principal Chen Cao est chargé par le comité de discipline du Parti d'enquêter sur Xing, un cadre du Parti suspecté de corruption qui a demandé l'asile politique aux États-Unis. Une enquête à haut risque : le précédent policier chargé de l'affaire a été retrouvé mort dans des circonstances troublantes...

Comme dans Visa pour Shanghaï, qui opposait l'inspecteur aux triades, la vie de Chen sera directement menacée, et même si cette fois ses adversaires sont en col blanc, ils n'en sont que plus dangereux car bénéficiant de soutiens puissants et haut placés. J'ai aimé la tension et le sentiment d'insécurité permanent, mais j'ai été un peu déçu par la moindre place accordée aux petites gens et à la description de leur mode de vie. La politique et l'économie, qui ont toujours eu une grande place dans la série, sont ici plus omniprésentes que jamais.

Quant à la fin, elle est abrupte et me gène un peu. Même si elle est logique, elle laisse un sentiment d'inachevé assez désagréable. Il y a toutefois du bon dans ces dernières pages : l'inspecteur Chen, apparemment aussi déçu que moi de la conclusion de l'enquête, semble prendre quelques résolutions. Cela augure un intéressant changement de caractère du personnage pour les prochains tomes.

J'ai moins apprécié cette enquête que les précédentes, mais l'attachement aux personnages fait que la lecture reste malgré tout un plaisir et donne envie de continuer la série.