image

Quatrième de couverture :

Tout avait commencé de la façon la plus classique qui soit : un prince déchu cherchant à récupérer son trône sollicite l'appui - discret - des Britanniques.
En échange de quoi, les compagnies anglaises se verraient concéder l'exploitation des pétroles du petit Etat. Bref, une banale manœuvre politico-financière, élaborée dans le cadre somptueux d'une des plus anciennes demeures seigneuriales d'Angleterre : Chimneys. Pourtant, l'affaire se corse lorsqu'on se rend compte que des individus équivoques se sont glissés parmi le beau linge qui prépare sa révolution de palais.
Et les cadavres font affreusement désordre dans les salons de Chimneys...

Mon avis :

Anthony Cade, guide touristique en Afrique, se morfond dans son travail quand un ami lui en fournit un autre bien plus palpitant, et mieux payé. Deux tâches fort simples lui sont confiées : apporter un manuscrit, les mémoires d'un prince herzoslovaque, à un éditeur de Londres, et rendre des lettres compromettantes à une jeune femme. Mais ce qui semble simple en apparence va s'avérer bien plus compliqué que prévu...

L'histoire, qui tourne autour de la succession au trône de la Herzoslovaquie (un pays fictif inventé pour l'occasion), vire rapidement en chasse au trésor. Les rebondissements son un peu trop rocambolesques à mon goût, et certaines ficelles scénaristiques sont très grosses. Heureusement, on peut compter sur la plume d'Agatha Christie pour faire passer la pilule. Les personnages sont attachants et les dialogues savoureux. Les chapitres s'enchaînent rapidement et, en suspendant son incrédulité, on s'amuse malgré tout.

Ce qui est moins amusant, par contre, ce sont quelques coquilles assez grossières. Le surintendent Battle devient plusieurs fois un superintendent, et la Comtesse Popoffsky devient 150 pages plus loin la Comtesse Popoleffsky. Mon édition est assez ancienne (Le Masque 1968), j'imagine que ces fautes ont été corrigées depuis, mais je préfère le noter quand même.

Le Secret de Chimneys est un roman très divertissant, mais ce n'est clairement pas le meilleur Agatha Christie que j'ai lu.