image

Quatrième de couverture :

Texas, 1964. Après l'assassinat de leur mère, Elliott et Clarence ont passé le plus clair de leur adolescence dans des maison de correction et autres établissements pénitentiaires pour mineurs. Le jour où Earl Sheridan, un psychopathe de la pire espèce, les prend en otage pour échapper à la prison et à la condamnation à mort, les deux adolescents se retrouvent embarqués dans un périple douloureux et meurtrier. Alors que Sheridan sème la terreur dans les petites villes américaines bien tranquilles qui jalonnent leur route, une sanglante et terrible partie se met en place entre les trois protagonistes. Loin de se douter de la complexité de celle-ci, les policiers, lancés à leurs trousses, et en particulier l'inspecteur Cassidy, ne sont pas au bout de leurs surprises.

Mon avis :

La mauvaise étoile du titre, c'est celle sous laquelle sont nés Clay et Digger, deux orphelins qui se retrouvent pris en otage par Earl Sheridan, un condamné'à mort en cavale. C'est également celle de Bailey Redman, fille d'une prostituée et d'un vendeur de chaussure. Et c'est aussi celle de toute une foule de personnes qui croiseront leur route.

Dans ce roman, à mi-chemin entre le road trip et l'enquête policière, il n'y a aucun anonyme. Tous les personnages ayant un rôle, même mineur, ont un nom et un prénom, et ont droit à une ou deux pages résumant leur vie, leur caractère, leurs passions et leurs petits secrets. le bon côté, c'est qu'on ressent une empathie réelle envers ces gens ; on s'attache aux personnages principaux, on a de la peine pour les victimes. L'inconvénient, c'est que cela ralenti terriblement le récit.

Mauvaise étoile est un thriller qui prend le temps d'installer ambiance et personnages, ce qui fait sa force mais également sa faiblesse, car cela entraine beaucoup de longueur. J'ai trouvé que le tiers central du roman manquait de rythme et que la tension y redescendait. Sans doute l'histoire aurait gagnée à être élaguée d'une bonne centaine de pages. Toutefois, suivre le destin croisé de tous les protagonistes s'avère au bout du compte passionnant, et la fin, haletante, rattrape tout.

C'est le premier roman de R. J. Ellory que je lis, et ce ne sera certainement pas le dernier.

image