image

Quatrième de couverture :

Cultivé et ambitieux, mais sans le sou, Tom Ripley veut tout : l'argent, le succès, la belle vie.
Lorsque Herbert Greenleaf, un richissime Américain, le charge de lui ramener son fils Dickie, parti vivre en Sicile, il conçoit un projet diabolique : se substituer au fils prodigue et vivre à sa place une existence dorée. Passer au meurtre n'est pas un problème pour lui, et un « malheureux accident » est si vite arrivé...

Mon avis :

Tom Ripley n'a qu'un but dans la vie : vivre la belle vie, en faisant le moins d'effort possible. Lorsqu'il est chargé par Herbert Greenleaf, riche industriel, le charge de ramener son fils Dickie, parti vivre en Sicile, il y voit surtout un moyen de se payer des vacances en Europe aux frais de la princesse, tout en échappant quelques mois à ses créanciers. Mais quelques mois ne lui suffisent pas. Tom en veux plus, quitte à tuer pour cela...

Je ne ressors pas très convaincu de cette lecture. Un problème de rythme, sans doute. L'histoire, qui semble piétiner en permanence, et un personnage principal apathique et antipathique, ne m'ont pas permis d'accrocher au roman.

Aussitôt lu, aussitôt oublié.

image