image

Quatrième de couverture :

A Ankh-Morpock, le Guet a de nouveau fort à faire. Deux vieillards ont été assassinés tandis que le Patricien est victime d'un empoisonnement. Pour l'équipe de police (troll, nain, louve-garou et autres non-humains), le mystère est total, le coupable insaisissable.
Les différentes guildes de la ville profitent de la panique générale pour comploter... Et chose étrange, les golems se mettent soudain à se comporter d'une drôle de manière. Comme s'ils étaient vivants. Et contrôlés par un mystérieux maître...
Mais le commissaire Samuel Vimaire en a vu d'autres et son équipe a fait de remarquables progrès...

Mon avis :

Au menu de ce 19ème tome des Annales du Disque-Monde : Un attentat contre le patricien Vétérini et des golems qui ne tournent pas rond. Du pain sur la planche en perspective pour le commissaire-divisionnaire Vimaire et toute l'équipe du Guet des Orfèvres.

Quel plaisir de retrouver notre bon vieux Guet d'Ankh-Morpork ! Samuel Vimaire, qui s'ennuie derrière son bureau, va vite retrouver le terrain, l'unique endroit où il se sent lui-même. Mais il ne sera pas seul. Côlon et Chicard, les vétérans égaux à eux-même, Carotte et Angua la louve-garou, le couple détonnant, Détritus le troll, preuve qu'un QI à deux chiffre n'empêche pas l'efficacité, et la petite nouvelle, Hilare Peticul, alchimiste naine et caution scientifique du Guet, ne seront pas de trop pour démêler les fils d'une enquête qui s'annonce difficile.

Je l'ai déjà écrit plusieurs fois dans mes précédentes critiques mais, avec les sorcières, le Guet est ma série préférée des Annales du Disque-Monde. Le mélange de Fantasy, de roman policier et de loufoquerie est parfaitement dosé. Comme à son habitude, Terry Pratchett profite de son histoire pour aborder des thèmes inattendus Avec les golems, l'auteur nous interroge sur la frontière qui sépare l'homme de la machine. D'autres questions sociétales plus coutumières de la série son évoquées : l'intégration, le racisme, le féminisme... mais toujours dans la bonne humeur, bien entendu !

Un roman drôle et intelligent. Que demander de plus ?