image

Quatrième de couverture :

Messire de Tourneville s'apprêtoit à rejoindre le bon roi Edouard guerroyant en France quand, à la stupeur générale, un fantastique engin volant atterrit près de son château, libérant toute une flopée de drôles de petits hommes bleus aux longues oreilles. «Sans doute des Sarrasins que ces maudits Français auront ralliés à leur cause», songe le bon Roger qui les fait illico trucider. Grâce au merveilleux char volant pris à l'ennemi, il ira libérer la Terre sainte. Mais trahison ! Au lieu de mettre obligeamment le cap sur Jérusalem, un otage détourne à travers les espaces intersidéraux nos preux chevaliers bardés de fer qui, s'ils ne comprennent pas grand chose au film, n'en démontreront pas moins à toute la galaxie ce qu'un loyal sujet de la Couronne d'Angleterre peut faire avec une simple arbalète, un peu de ruse et beaucoup de vaillance !

Mon avis :

14e siècle, Angleterre. Sire Roger réunit ses troupes à Ansby, avant de rejoindre le roi Édouard III en guerre contre la France. Quelle n'est pas sa surprise de voir un vaisseau extraterrestre atterrir près du village et un petit bataillon d'aliens en sortir. Les Anglais ne sont décidément pas des gens ordinaires, après avoir vaincu l'ennemi, ils s'emparent du vaisseau ! Mais, alors que sire Roger pensait détenir l'arme ultime contre les français, le vaisseau retourne sur sa planète d'origine, emportant un millier d'Anglais à son bord...

Si je devais résumer ma critique en un seul mot : Déception.
Le synopsis promettait une histoire bien loufoque, un mélange de Monty Python et de Douglas Adams, et ça commençait bien ! Les premiers chapitres sont plutôt funs et le rythme enlevé. Mais ensuite Poul Anderson choisi de rester beaucoup trop premier degré à mon goût. Le ton, trop sérieux pour être drôle, mais pas assez pour être crédible, reste dans un entre deux désagréable.

Second point que je n'ai pas apprécié : il n'y a aucun enjeu. Les Anglais s'adaptent très (trop) facilement à leur nouvelle condition. Ils réussissent tout et ne rencontrent aucune résistance. En face, les extraterrestres sont bêtes, d'une naïveté navrante, incompétents et beaucoup trop passifs. À vaincre sans périls, les Anglais triomphent sans gloire.

Heureusement, c'est court et bien écrit, mais cela ne m'a pas empêché de m'ennuyer ferme !