image

Quatrième de couverture :

Un tortionnaire torturé par l'Enfer de Dante, des êtres venus du passé et du futur qui se rencontrent dans un célèbre café de Montparnasse, un sonnet qui renaît de ses cendres, deux scientifiques enthousiastes qui ne réussissent qu'a intervertir le pôle et l'équateur... Autant de personnages hors du commun, autant de clins d'œil à des auteurs aussi prestigieux que Wells, Poe et Swift. Ces contes où absurde rime avec humour nous plongent dans un univers fantastique qui surprend, ravit, jusqu'à remettre en question toutes nos certitudes.

Mon avis :

De Pierre Boulle, je n'avais lu que la Planète des singes, que je considère comme un roman majeur de la science-fiction. C'est donc avec curiosité que je part à la découverte du reste de son œuvre. Contes de l'absurde est un recueil de cinq nouvelles.

Au sommaire :
- L'Hallucination : Un militaire subit une hallucination pendant que ses hommes torturent un prisonnier.
- Une Nuit interminable : Oscar Vincent raconte sa rencontre avec deux voyageurs du temps, l'un venant du passé, l'autre du futur.
- Le Poids d'un sonnet : À partir des cendres d'une feuille calcinée, deux amis cherchent à reconstituer un sonnet disparu.
- Le Règne des sages : Dans le futur, le docteur Particule et le docteur Armonique, respectivement chefs des Corpusculaires et des Ondulatoires, changent le destin du monde.
- Le Parfait robot : Le professeur Fontaine, de la C.C.E. (Compagnie des Cerveaux Électronique) perce le secret de l’intelligence artificielle.

Très franchement, je n'ai pas été emballé par ces textes.
Je n'ai pas compris la première. La seconde, comme souvent avec les histoires de voyage dans le temps, repose sur un twist final, mais celui-ci est incohérent avec la logique développée dans le texte. La troisième et la dernière nouvelle partagent le même défaut : un développement laborieux et répétitif pour un final décevant.
Seul "Le Règne des sages" sort du lot, sans être inoubliable non plus.

Reste que les textes sont bien écrits, faciles à lire, avec beaucoup d'humour. Mais aussitôt lu, aussitôt oublié.