image

Quatrième de couverture :

Ca chauffe dans les rues d'Ankh-Morpork. Entre les dragons qui explosent, les meurtres inexpliqués et les feux d'artifice, ça sent le roussi. Le hic, c'est que Sam Vimaire, le chef du Guet, prend sa retraite et se marie avec la richissime Sybil Ramkin. Il doit rendre sa plaque à midi pétante et va avoir besoin d'un petit remontant en voyant ses nouvelles recrues : l'agent Détritus (le troll, très intelligent quand les nuits sont fraîches), l'agent Bourrico (le nain) et l'agent Angua (la belle qui a tout de même un petit air... lupin !) qui viennent grossir les rangs du Guet de nuit pour sa dernière enquête. Celle-ci sera ardue : des morts bizarres, des gens qui le sont encore plus, un petit chien nauséabond doué de parole et une arme mystérieuse. Et le Patricien qui s'en mêle... Il va falloir la jouer fine !

Mon avis :

Trois nouvelles recrues sont venues grossir les rangs du Guet des orfèvres d'Ankh-Morpork : Bourrico, le nain, Détritus, le troll et Angua... la femme ? C'est qu'il y a des quota à remplir, voyez-vous, toutes les minorités doivent être représentées. Et ces renforts ne seront pas de trop car le capitaine Vimaire va se marier et prendre sa retraite, tandis que le caporal Carotte, le sergent Côlon et Chicard devront affronter un tueur d'un nouveau genre dans les rues de la capitale...

Quel plaisir de retrouver nos bons gars du guet, qui m'avaient manqués depuis le tome 8 ! J'avais hâte de les retrouver car, dans mes souvenirs, parmi les "cycles dans le cycle", celui du Guet est (ex-aequo avec celui des Sorcières) mon préféré. Et mes souvenirs ne m'ont pas trahi, car j'ai bien ri, une fois encore.

Avec le Guet des orfèvres, Terry Pratchett parodie les polars, mais il ne s'arrête pas là. Il prend à bras le corps, et dans la bonne humeur !, le problème du racisme – pardon, de l'espécisme. Sous l'uniforme, le nain et le troll sont des hommes comme les autres après tout et il ne sera pas dit que ces deux espèces-là ne finiront pas par s'entendre*.
Parmi les nombreuses trouvailles géniales de l'auteur, je citerais, juste pour le plaisir du teasing : La guilde des chiens, Leonardo da Quirm, les mathématiques trolls**... Du pur Pratchett au meilleur de sa forme ! Sans parler du retour du chien Gaspode, un rescapé d'Olive-Oued – il est vrai que tous les chemins mènent à Ankh-Morpork.

Inutile de tergiverser plus longtemps, Le Guet des orfèvres fait partie des tous meilleurs romans du cycle, aux côtés des Zinzins d'Olive-Oued et de Mécomptes de fées.


* : À coups de pied dans la tête de gouhuloug, s'il le faut.
** : Apprendre à compter de un à des tas, ça donne vite le vertige.