image

Quatrième de couverture :

Enfermé dans une tour des plus inquiétantes, vous allez devoir faire preuve de courage et d'abnégation pour résoudre les énigmes qui se dressent sur le chemin de la liberté.
Transmutation des métaux, élixir de longue vie, pierre philosophale... pas de doute : pour vous échapper, vous allez devoir vous initier aux plus grands secrets de l'alchimie, et vite ! Car dans l'ombre, la sinistre silhouette du souffleur hante déjà vos pas...

Mon avis :

Les Escape Games sont des jeux grandeur nature dans lesquels les joueurs, enfermés dans une pièce, un appartement ou une maison, ont un temps limité pour trouver un moyen de sortir en fouillant les lieux pour trouver des objets et en résolvant des énigmes.
Pour ceux qui, comme moi, seraient plus familiers avec les jeux vidéos, le principe est très proche d'un Point & Click à l'ancienne. On trouve une clef qui nous ouvre le coffre contenant un indice pour décoder le message contenu dans la bouteille, etc.
Les Escape Books sont la transposition en livre des Escape Games.

J'ai déjà joué à un Escape Book intitulé le Piège de Moriarty. Il se déroulait dans l'univers de Sherlock Holmes et m'avait bien plu. Changement de décor pour la Tour de l'alchimiste. On y incarne un jeune homme qui se retrouve bêtement piégé dans le sous-sol d'une tour et qui devra, pour s'en échapper, découvrir les secrets de l'alchimie.

L'histoire est très bateau. On sent vraiment qu'elle n'est qu'un prétexte pour justifier notre présence dans le labyrinthe. Le personnage principal est creux et ce ne sont pas ses secrets de famille, que l'on découvre via des souvenirs, qui vont relever le niveau. Quant à l'alchimie, elle est très largement survolée et on n'en retiendra pas grand chose au final.

Le seul intérêt du livre réside dans les énigmes. Le niveau de ces dernières est bien plus relevé que dans le Piège de Moriarty. Ce n'est pas mauvais en soi, mais plusieurs choses m'ont agacé :
- Je n'ai pas compris les instructions de la première énigme, sous la forme d'un poème. Heureusement qu'il y a un indice à lire si on bloque. L'indice nous dit... de suivre les instructions du poème. Merci l'indice inutile ! J'ai finalement passé l'énigme en forçant, c'est à dire en essayant toutes les combinaisons jusqu'à trouver la bonne... Heureusement, c'est l'énigme qui m'a semblé la plus difficile du livre. Mais alors pourquoi c'est la première ?
- Toutes les énigmes se basent sur les symboles alchimiques, ce qui donne un peu l'impression de faire tout le temps la même chose. Cela manque de variété.
- Comme il est hors de question que j'écrive au crayon dans le livre (d'autant plus que mon exemplaire appartient à la bibliothèque municipale), les symboles, nombreux (une quarantaine) ont rendu la prise de note plus que laborieuse.
- À quel moment François Lévin s'est dit que mettre un PUZZLE parmi les énigmes était une bonne idée ? Comment je fais, je découpe le livre ? J'ai été obligé de dessiner les pièces sur du papier avant de les découper... Laborieux, encore une fois.

Au final, je n'ai même pas terminé le livre. Une fois terminé la première partie, sur deux, j'ai préféré arrêter là. Histoire sans intérêt, énigmes peu passionnantes ou mal conçues, je ne me suis tout simplement pas amusé.