image

Quatrième de couverture :

Une fois par semaine, Georges s'aventure dans le musée, monstruosité architecturale et labyrinthe à la fois fascinant et cauchemardesque.
Il passe de salle en salle, d'escalier en escalier, à la recherche de sa femme partie en faire l'inventaire trois ans plus tôt. Quels secrets lui a-t-elle cachés ? Quels mensonges l'ont conduite à se perdre sans espoir de retour dans ce gigantesque piège ? Aux confins de la folie, une longue nouvelle vertigineuse par l'un des maîtres de la science-fiction française.

Mon avis :

Chaque semaine, George parcourt les couloirs d'un musée à la recherche d'Elsy, sa femme.

Cette nouvelle de Serge Brussolo a été publiée pour la première fois en 1981 dans le recueil Aussi lourd que le vent. Elle fait partie des premiers textes de l'auteur, à l'époque où il a produit ses textes les plus génialement bizarres. Depuis, il s'est assagi.

La nouvelle s'articule autour de deux personnages, Georges et Elsy, dont la santé mentale est sujette à caution, qui parcourent chacun de leur côté un musée gigantesque et labyrinthique renfermant des oeuvres plus étranges les unes que les autres. le lieu semble hors du temps et de l'espace et régit par ses propres rêgles.

Trajets et itinéraires de l'oubli est un texte étrange. J'hésite entre le qualifier d'absolument génial ou de complètement absurde. La réalité se trouve sans doute entre les deux... mais j'aurais tendance à placer le curseur près du génial, tout de même.

En tout cas, c'est une histoire qui ne ressemble à aucune autre, et c'est pour ça que j'adore lire du Brussolo.

image