image

Quatrième de couverture :

Susan Calvin est robopsychologue à l'United States Robots, Inc. Née en 1982, elle a aujourd'hui 75 ans. Ce livre relate ses souvenirs sur l'évolution du robot dans l'histoire humaine, depuis Robbie qui, en 1996, fut vendu comme bonne d'enfants, jusqu'à Byerley qui devint Président de la Fédération Mondiale terrestre en 2044.
A travers ces récits, on voit comment le robot, d'abord esclave soumis à l'homme, parvint peu à peu à être son égal, avant de devenir son maître. Les souvenirs du Dr Calvin forment un livre au charme désuet qui fait revivre l'aube du XXIè siècle, époque où l'homme existait encore indépendamment de son compagnon de métal, le robot.

Mon avis :

Avec Fondation, le cycle des Robots est l'autre monument d'Isaac Asimov. L'oeuvre se présente sous une forme originale car on peut le considérer à la fois comme un recueil de nouvelles et un roman. Un recueil de nouvelles, car chacun des neuf chapitres du livre est un récit complet qui peut s'apprécier indépendamment des autres ; un roman car les nouvelles sont présentées comme des anecdotes racontées par la robopsychologue Susan Calvin lors d'une interview. Elle nous raconte ainsi, sur plusieurs décennies, la grande histoire de la robotique.

Et quelle histoire ! Depuis les premiers robots muets jusqu'au super intelligences artificielles en passant par la colonisation spatiale, l'avenir décrit par Asimov est fascinant. L'auteur explique dans sa préface que jusque dans les années 30, les histoires de robots finissaient toujours mal, l'être artificiel finissant invariablement par se retourner contre ses créateurs. Asimov était contre cette vision fataliste. La science a certes ses dangers, mais si on prend toutes les précautions, il n'y a aucune raison que cela tourne systématiquement mal. C'est dans cette optique qu'il a imaginé les trois lois de la robotique qui portent son nom et autour desquelles s'articulent toutes ses nouvelles. Des lois devenues si célèbres qu'elles sont sorties du cadre de la littérature et que des chercheurs s'en servent sérieusement dans le cadre de leurs expérience.

Mais au-delà de toutes ces considérations, Les Robots est avant tout un bon livre, avec des histoires passionnantes. le style d'Asimov est très accessible et supporte très bien le passage des années. C'est une porte d'entrée idéale pour qui voudrait découvrir la science-fiction.
Un indispensable, tout simplement.

image