image

Quatrième de couverture :

La tradition populaire orale est une richesse essentielle du patrimoine de l'humanité. Longtemps méprisés ou méconnus, les contes et récits légendaires colportés par voie orale au cours des siècles nous ont conservé la mémoire de nos ancêtres. Collectés depuis le XIXe siècle et aujourd'hui heureusement réhabilités, ces contes et récits, par leur authenticité, leur marginalité et leur actualité jamais démentie, nous font mieux comprendre notre civilisation et comment on peut humaniser une société industrielle universalisée par une réflexion spécifique sur la vie quotidienne et la destinée humaine. Les pays celtes sont à cet égard d'une importance exceptionnelle par la synthèse que leur tradition opère entre le rêve et la réalité, le réalisme et le fantastique le plus échevelé. Et il convenait d'ajouter aux pays qui parlent encore une langue celtique, l'Irlande, l’Écosse, le pays de Galles et la Bretagne armoricaine, d'autres terres marquées par les celtes, en particulier la Cornouailles britannique, la Galice espagnole et la Wallonie des Ardennes belges. Par ces contes et récits, c'est l'esprit des Celtes qui renaît dans une Europe qui ne peut se réaliser qu'en fonction de ses racines culturelles.

Mon avis :

Dans ce recueil, Jean Markale réunit plus de cinquante contes provenant des quatre coins du monde celtique. Chaque histoire est suivie d'une note de l'auteur expliquant un peu le contexte et les origines du conte. C'est souvent intéressant bien que très succinct.

J'ai apprécié ce livre pour son côté documentaire. On découvre notamment que dans le monde celte continental (Bretagne, Wallonie, Galice) les légendes ont évolué au contact du Christianisme alors qu'en Grande-Bretagne, elles ont conservé un aspect plus païen, plus proche de leurs racines.

D'un point de vue purement littéraire, par contre, je suis resté sur ma faim. Les contes sont très courts (quatre pages en moyenne) ce qui, bien souvent, ne m'a pas permis d'entrer dans l'histoire

image