image

Quatrième de couverture :

Dans sa sombre masure, au cœur du Moyen-Âge, une jeune fille attire les convoitises par sa sublime beauté.
Amoureuse en secret de son frère adoptif, amie d'une étrange occultiste vivant à l'écart du village, elle semble prête à tout pour sortir de sa misérable condition de paysanne. Le destin lui offre l'occasion de croiser le fils du puissant seigneur Sorsele, mais cette rencontre ne se déroule pas sous les meilleurs auspices : violentée, battue, elle se retrouve prisonnière dans les geôles du château.
C'est alors qu'un être mystérieux apparaît et lui offre sa revanche... Mais le prix à payer l'emmènera bien au-delà de la mort, sur les terres d'une souffrance inconnue et implacable.

Mon avis :

Par le Sang du Démon est un roman de vampires qui, même si l'auteur tente l'originalité (avec la notion d'échange de corps, notamment) reste très classique et prévisible dans son déroulement.

J'ai eu beaucoup de mal à entrer dans l'histoire. La faute a une héroïne arrogante, qui passe tout le premier chapitre à nous conter combien il est si malheureux d'être si belle et intelligente au milieu de gueux si laids et bêtes... Une arrogance renforcée par le fait que l'histoire nous est contée à la première personne. Difficile donc d'avoir de l'empathie pour elle, même quand les malheurs commence à lui tomber dessus.
À noter que, bien qu'elle s'imagine maline, l'héroïne tombe amoureuse de tous les hommes beaux qu'elle rencontre. J'ai d'abord pensé que l'auteur faisait preuve de misogynie avant de réaliser que ce roman était écrit par une femme.

Un autre point qui m'a beaucoup gêné est la manque d'épaisseur du contexte. L'histoire se passe dans le Domaine de Sorsele, au moyen-âge. Nous n'en saurons jamais plus. Ce domaine est décrit de manière très générique, avec un chateau, une forêt... Je ne crois même pas qu'un village soit mentionné, ou alors très subrepticement. Tout cela manque singulièrement de vie, mais peut-être est-ce voulu, dans un ouvrage qui traite essentiellement de la mort...

Quant à l'histoire en elle-même, j'ai trouvé qu'elle peinait à décoller. Les états d'âmes et les histoires d'amour du personnage principal ne m'ont pas passionné outre mesure. Seuls quelques passages, notamment celui de la forêt enchantée, avec la banshee, m'ont bien plu. J'ai trouvé dans ces chapitres une poésie que je n'ai pas retrouvée ailleurs.

Et c'est bien dommage car, histoire de finir sur une note positive cette critique par ailleurs bien négative, j'ai trouvé que Virginia Schilli avait une belle plume. Son style est simple et direct, avec l'emploi de mots qui sonnent justes.

Pour conclure, je dirais que j'ai trouvé ce roman bien écrit, mais peu passionnant.